Ça part en livres !

Tu sais pas quoi lire ? Viens chercher l'inspi' !

Fouad Laraoui : Une année chez les Français 

« Tu sais, Van Gogh était marocain. »

une année chez les francais Fouad Laroui.JPG

« Je ne m’appelle pas Fatima, m’sieur. »

Maroc, 1969.

Mehdi débarque de sa cambrousse pour atterrir au lycée Lyautey de Casablanca. L’écolier avide de lecture et à l’intelligence supérieure a été envoyé à la ville sur l’insistance de son instituteur qui lui a obtenu une bourse.

Le petit garçon découvre un nouveau monde, quasiment une autre planète. Il est propulsé « chez les Français  » et le choc culturel est…violent.

Mehdi plonge tête la première dans un mode de vie aux antipodes de celui de sa famille. Ici, les élèves (français ou marocains) viennent de familles aisées. Ils mangent, vivent et parlent différemment. Le petit campagnard déboule comme un cheveu dans la harira.

Tout est source d’étonnement pour le petit garçon qui se retrouve pour la première fois loin de sa famille.

C’est au cours de sa première année chez les Français que Mehdi va découvrir la violence des relations entre les anciens colons et les locaux. Il va aussi ressentir ses premiers émois amoureux et trouver un ami avec qui il n’a, a priori, pas grand chose en commun.

L’histoire est racontée sur un ton tendre et drôle (c’est un peu la vie de l’auteur lui-même), mais je l’ai trouvée triste.

Ce qui est une bonne chose en soi (l’accès à une bonne éducation grâce à une bourse d’étude et donc la possibilité de sortir de la condition sociale familiale) est aussi l’histoire d’un petit garçon déraciné.

La solitude de Mehdi qui n’a ni les codes, ni les moyens  de ses petits camarades nantis, est poignante. Seule la lecture lui permet de supporter les premières semaines à l’internat.

On ressent aussi la très forte demande d’affection du petit garçon qui recherche dans les yeux du personnel éducatif ou du père de son ami, une famille de substitution.

En filigrane, le lecteur prend conscience des problèmes entre les communautés, le Maroc étant alors un protectorat français.

Malgré cela, quand on voit le parcours de Fouad Laroui, aujourd’hui auteur à succès, poète et professeur de littérature, on se dit que cette « année des Français « a été une belle année.

« Une année chez les Français « 

Fouad Laroui 

Julliard

                                                                                                                                                              So

Publicités

À propos de SossoFresh

Parfois j'écris quand je suis énervée, pour vider mon sac. Parfois, j'écris juste pour rire. Et le plus souvent pour raconter des histoires.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17 octobre 2016 par dans Littérature contemporaine étrangère, Uncategorized.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 355 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :